Obtenir plus de produits véganes dans les rayons

Depuis 2015, on assiste à un essor considérable du référencement des produits véganes dans les supermarchés et hypermarchés. Il est donc de plus en plus facile de s’approvisionner avec des produits vegan-friendly dans les rayons des grandes enseignes de la distribution… Mais comment rendre le véganisme encore plus accessible en passant par ces canaux ?

Supermarché fruits et légumes

Pourquoi vouloir des produits prêts à l’emploi et accessibles ?

Suivant le train de vie de chacun.e, il n’est pas toujours évident de faire tout soi même, de la cuisine, aux produits d’entretien, en passant par les cosmétiques, ou de devoir faire ses achats dans des endroits multiples. Les justifications sont nombreuses et légitimes (rythme scolaire, rythme professionnel, troubles du comportement alimentaire, incapacités physiques et/ou psychologiques et/ou neurologiques, choix personnel, situation familiale tendue…) et nous devons respecter ces raisons. Le préjugé du “fait maison” et du prix est également fort, et une offre financièrement accessible et abondante peut aider à lever des freins chez les personnes sceptiques concernant des choix de consommation véganes.
Rappelez vous que pour chaque produit végane qui sera consommé, ce sera un ensemble de produits d’origine animale qui sera délaissé et des animaux épargnés.
Le guide suivant est applicable aux enseignes bio comme non bio. Encore une fois, le respect doit être de mise, car le bio n’est pas toujours accessible financièrement pour chacun.e, voire ne présente pas d’intérêt particulier pour ces personnes. Nous espérons que ce guide vous sera utile !

Rappelez vous toujours que si vous pouvez vous pouvez pourvoir à vos besoins vitaux convenablement, dignement et sans avoir à trop y réfléchir, vous vous libérez du temps et de capacité pour d’autres choses éventuelles. Cela comprend le fait de réfléchir, questionner, et s’éduquer et éduquer les autres. Ainsi, s’y opposer, c’est adopter une position capacitiste et élitiste.

Tout d’abord un petit cours d’économie !

Pour comprendre en quoi vos actes d’achats peuvent influencer les enseignes à référencer plus de produits véganes, il faut comprendre la loi de l’offre et de la demande.
Pour un cours rapide, cliquez ici (offre et demande) et ici (calcul du prix de vente et risques).

Ce qu’il faut retenir :

  • Plus il y aura d’acheteurs et d’acheteuses à vouloir de produits véganes, moins il y aura de risques pour les marques de faire implanter leurs gammes. Elles vont donc produire plus de produits véganes, car elles seront sûres de trouver en face des personnes ayant besoin de ces produits.
  • Plus ces gens seront nombreux, plus les prix pourront baisser, car le risque financier sera moindre. En effet, avec un meilleur chiffre d’affaires, les marques seront sûres de couvrir leurs charges fixes (salaires des employés, énergie, emprunts, achat des matières premières…) et auront davantage de poids et de crédibilité auprès de leurs fournisseur.e.s et pourront davantage négocier leurs prix en achetant de plus gros volumes d’ingrédients et de matières premières. Elles pourront également ainsi réduire leurs marges, car les bénéfices seront également et davantage assurés avec un petit prix si les ventes sont nombreuses.
  • Plus les marques seront rassurées sur leurs ventes, plus elles seront enclines à lancer des produits qui satisferont leurs consommateurs et consommatrices, prenant ainsi plus de place dans les linéaires, ce qui va générer plus de visibilité des produits.
  • Avec plus de visibilité, de plus en plus de gens se rendront compte de la banalisation du véganisme, y compris en terme de consommation, ce qui contribuera à lever des freins parmi les plus sceptiques.

Cela a-t-il vraiment un impact ?

  • En 2015, Cereal lance la marque Grill Végétal (dont l’écrasante majorité des références est végane) et Carrefour lance “Carrefour Veggie” (dont 13 spécialités végétaliennes) ;
  • En 2016, c’est au tour de Herta, avec “Le Bon Végétal” (spécialités végétariennes et végétaliennes) et de Monoprix avec sa gamme “Vegan Deli” ;
  • En 2017, le discounter Aldi lance une gamme bio avec des références véganes certifiées “Simplement Bon et Bio” ;
  • En 2015, St Hubert lance “Les Petits Plaisirs Soja” avec de la vitamine D3 d’origine animale (lanoline). Sous l’action des consommateurs en 2017, la marque la remplace par de la D2 d’origine végétale, rendant la gamme vegan-friendly et poursuit la sortie de nouveaux desserts dont le Liégeois.

Et ce ne sont  que quelques exemples, en plus des marques telles qu’ Alpro et d’autres marques de distributeurs qui sont déjà commercialisées dans les rayons.
Certaines petites, grandes et moyennes surfaces proposent déjà un ou plusieurs rayons véganes, avec des marques telles que Nature & Moi (qui a ses quartiers à Saint-Nazaire !), Tofurky ou encore Sophie’s Kitchen et Amy’s Kitchen ! Mais rien de tout cela ne serait possible sans l’impulsion des consommateurs et consommatrices !

Et si je décide de boycotter ?

L’article de Brocoli Concentré (lien) explique pourquoi il serait contre productif de boycotter les enseignes qui font l’effort de proposer des alternatives végétales aux produits existants. Certes, il peut s’agir d’un intérêt purement financier, mais relisez bien les rubriques ci-dessus : vous avez du pouvoir, et boycotter serait nuire à la visibilité et à la banalisation du véganisme. De plus, le pouvoir financier et de communication des poids lourds de la grande distribution est énorme : mis au profit d’une demande végane bien organisée, il peut se révéler un outil intéressant et puissant pour la visibilité d’un mode de consommation éthique envers les animaux.

Au mieux, vous pouvez soutenir financièrement ces initiatives, voire même faire référencer des entreprises 100% véganes comme Violife. Au pire, il vaut mieux s’abstenir de dénigrer les réseaux qui ne correspondent pas à vos valeurs, au risque de priver certaines personnes d’alternatives accessibles et appréciables.

Comment faire ?

  • En magasin

Votre interlocuteur/interlocutrice privilégié.e sera la cheffe ou le chef de rayon. Son rôle : développer le chiffre d’affaires du magasin, plus précisément de ses linéaires.
Ces personnes doivent pour cela être à l’écoute de leur marché, surtout leur marché local, et des demandes précises de la clientèle.

Service clientèle Supermarché Vegan in Nantes

Suivant les enseignes, les responsables de rayon pourront être présent tôt le matin en magasin pour participer aux livraisons et aux mises en place. En cas d’absence, n’hésitez pas à leur laisser un message au comptoir d’accueil du magasin.

Parlez leur des produits qui vous feraient envie, de vos visites habituelles dans le magasin. Encouragez les bonnes initiatives. Voici, par exemple, le discours que nous avons tenu auprès de notre Super U local :

“Bonjour, j’ai remarqué que vous aviez commencé à référencer les crèmes et laits végétaux Alpro, c’est super ! Je consomme beaucoup de leur lait d’avoine, serait-il possible de le référencer pour que je puisse l’acheter chez vous, s’il-vous-plaît ?”

Il est évident que le résultat obtenu fut l’action conjointe de plusieurs clients et clientes ayant formulé des demandes similaires, mais peu de temps après, alors que seul le lait de soja et les crèmes de coco et de soja pour la cuisine étaient disponibles, nous avons vu apparaître le lait d’amande, de noisette et d’avoine dans les linéaires.

Rappelez vous de communiquer de manière positive, et que votre carte de fidélité est une arme précieuse : les données sur vos achats seront recueillies et analysées. Si la direction voit que les ventes sont bonnes sur les produits véganes, elle aura tout intérêt à développer les ventes sur ce type de produits ! Et avec l’effet “boule de neige” c’est l’ensemble du marché qui va réagir à ces nouvelles tendances de consommation. (N.B. : une tendance de consommation n’a rien à voir avec une mode. Il s’agit d’un mode de consommation : contenu du panier, prix du panier moyen, types de produits…)

  • Sur le drive

Les drives des enseignes proposent souvent un outil de suggestion de produits. Servez vous en, comme sur l’exemple ci-contre sur Leclerc Drive pour détailler vos demandes. Certains produits sont disponibles en magasin mais pas sur le drive, alors agir peut faire débloquer cette situation.

Exemples de produits alimentaires à suggérer en magasin non-bio et bio (proposez les gammes véganes) :

Vegan in Nantes paniers produits GMS bio

Exemples de produits non-alimentaires à suggérer en magasin non-bio et bio (proposez les gammes véganes) :

  • Des produits d’hygiène et cosmétiques : Lavera, Faith in Nature, Hurraw, Alviana
  • Des protections menstruelles et des produits d’hygiène pour les enfants et très jeunes enfants : Naty
  • Du dentifrice : Kingfisher
  • Des préservatifs : Glyde, Fair Squared… Nous n’avons pas encore trouvé de versions sans latex. Nous vous tiendrons informé.e.s.
  • Des produits d’entretien : Klar
Vegan in Nantes produits cosmétiques GMS Bio

A lire également : Ça s’passe comme ça chez McDonald’s, Bob chez How I Met Your Tofu et Que se passerait-il si les véganes boycottaient le burger végane de McDo ? de Brocoli Concentré.

Vous avez des marques à nous suggérer ? N’hésitez pas à nous envoyer un mail !

Et soutenez également vos petits commerces locaux et indépendants : Tree House, Végane de Bretagne, La Riflette.

Sources des informations :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *